De Sarah Connor à Beatrix Kiddo, une histoire des héroïnes à l'écran

Lorsque le film Wonder Woman est sorti au cinéma, le grand public a acclamé une avancée dans les mœurs : « Enfin une femme forte qui n’avait besoin d’aucun homme pour réussir ». Pourtant dans les œuvres de fiction, les femmes fortes sont légion. Petite piqûre de rappel des plus grandes figures ciné et TV.

Elektra

Les super-héroïnes au cinéma, ça ne date pas de Wonder Woman. Et même si son film a été un échec tant critique que commercial, Elektra existe bel et bien pour le prouver. Comme de nombreux super-héros, son origin story dépend souvent de celui qui décide de lui en écrire une. Au départ personnage secondaire de Daredevil, elle finit par avoir son nom en haut de l’affiche. Tantôt héroïne, tantôt vilaine, Elektra est un personnage dont la conscience a été mise à rude épreuve tout au long de sa vie, avec les diverses tragédies qu’elle a vécue depuis sa naissance. Les épreuves qu’elle a subies ont même fini par la tuer. Mais comme la mort n’est qu’une vilaine grippe chez les super-héros, elle reviendra. Pas le personnage le plus intéressant, mais il est important de dire qu’elle est arrivée au cinéma avant Wonder Woman.

Veronica Mars

Cette apprentie détective a une origin story digne d’un super-héros. Une meilleure amie morte, une mère disparue, et une passion qui suit les traces de son père. Veronica est dans la même veine d’une autre femme qu’on verra plus loin dans cette liste, mais dans une ambiance de polar. Jeune lycéenne, elle n’a cessé d’évoluer au fil de la série. Si ses relations avec les différents hommes de l’histoire sont un moteur de l’avancée, la leçon est toujours la même. Apprendre à se fier à soi-même et aiguiser son esprit pour se sortir de toutes les situations sans qu’un mec baraqué n’ait à intervenir.

Beatrix Kiddo

Assassin repenti pour fonder une famille, elle finit par être retrouvée par son ancien chef, et s’en suit une boucherie sans nom, où elle est laissée pour morte, et son bébé lui est enlevé à la naissance pendant qu’elle est dans le coma, lui faisant ainsi croire une fausse couche. De quoi motiver une belle vengeance. Dans la traque de ses « assassins », Beatrix n’hésite à tuer de sang-froid tous les obstacles sur son chemin. Mais contrairement à ses anciens collègues, elle garde une certaine humanité. C’est la découverte de sa grossesse qui l’avait décidé à arrêter, et elle a aussi mis une (petite) pause à sa folie vengeresse en voyant arriver la fille d’une des coupables. Elle ne tue pas pour le plaisir, mais pour se défendre et se venger, tout étant un engin de guerre à ne pas sous-estimer.

Ellen Ripley

Troisième dans la hiérarchie du Nostromo, c’est une femme sachant faire preuve d’autorité, et capable de mettre le bien commun au-dessus de l’individu. Elle possède sans doute le mental le plus solide de cette liste, capable de faire face à la créature la plus dangereuse de l’univers, et la battre plus d’une fois. Intelligente, forte, et gardant toujours son objectif de vue, elle a brisé les règles de la femme de science-fiction/horreur sur grand écran. Ce n’est pas elle qui est sauvée par les innombrables hommes autour d’elle, mais celle qui sauve la situation (à chaque fois). Le personnage est d’ailleurs tellement bien représenté à l’écran que Sigourney Weaver a été nominée pour l’Oscar de la Meilleure Actrice dans le premier volet.

Cersei Lannister

Des femmes fortes, il y en a dans Game of Thrones. Mais quitte à faire un choix, autant s’arrêter sur Cersei. La reine mère est une véritable figure de force dans la série. Comme dans toute histoire médiévale, son mariage est arrangé, et sa vie est plus ou moins contrôlée par son père. Après plusieurs manigances politiques et des actions pas très catholiques, elle finit par devenir reine de Westeros, et se hisse donc au sommet de la chaîne alimentaire. Personnage semblant égoïste et sans cœur, Cersei n’hésite à tuer les obstacles qui se présentent devant elle, tant que ça sert sa cause. Mais on oublie souvent qu’elle est la seule femme dans un gouvernement d’hommes. Et même si sa naissance et les actions de son père l’ont permis de se hisser plus haut, elle ne doit son statut actuel qu’à ses propres décisions. De plus, Cersei est une mère de famille. Tout ce qu’elle a fait avait pour but d’assurer tout d’abord leur avenir, et non le sien. Personnage parfois mal compris, il est vrai que sa position actuelle dans la série n’inspire pas à l’aimer.

Sarah Connor

Dans le premier volet de la saga Terminator, elle partage l’écran avec celui qui deviendra le père de son fils. Ce qui est intéressant avec Sarah, c’est le changement qu’elle a subi entre les deux premiers films. Au départ femme fragile, elle se transforme radicalement lorsqu’elle apprend que John, son fils, est la cible des cyborgs puisqu’il est amené à mener la résistance contre eux dans le futur. De là, elle devient une femme forte, capable de se défendre seule, et plus que douée, tant au maniement des armes à feu qu’au combat au corps-à-corps. Cerise sur le gâteau, elle n’est pas devenue une simple machine à tuer (sans mauvais de mot). Elle continue à agir comme une mère pour John, et hésite même à retirer une vie, preuve d’une humanité encore préservée, malgré les épreuves qu’elle a endurées.

Buffy Summers

L’élue, la chasseuse de vampires, celle qui est destinée à repousser tout le mal qui tente de détruire le monde. Buffy est l’un des personnages à l’évolution la mieux travaillée. Tout comme Spider-Man, elle est d’abord une étudiante devant gérer le stress de sa vie, sa famille, ses amis, ses cours,… Bref, tous les soucis d’une pré-ado. Et en sept saisons et un film, elle a su grandir et devenir la femme forte et assurée qu’elle est. Le plus intéressant avec Buffy, c’est qu’elle parle à tout le monde tout en étant hors de portée. Elle a connu les stades du passage de l’adolescence à l’âge adulte, et on peut tous s’identifier à elle à un moment où un autre, sans jamais comprendre ce que ça fait d’avoir le destin du monde sur nos épaules.

Xena

La guerrière amazone capable de tenir tête à Hercules le demi-dieu. Rien que ça, ça en jette. Xena est la principale raison pour laquelle on peut trouver que Wonder Woman fait un peu trop de bruit pour pas grand-chose au cinéma. Elle est tout ce que la princesse des amazones représente, mais en mieux. Au départ l’antagoniste d’un arc de la série Hercules, elle a peu à peu gagné son importance jusqu’à avoir son propre show, pour devenir ensuite un véritable héros, puis une icône pour toutes les jeunes filles des années 90. Elle a aussi été un modèle d’avancée des mœurs pour l’homosexualité, puisqu’elle est la première héroïne d’une série grand public a affiché ouvertement son orientation sexuel. D’ailleurs, Xena et Gabrielle sont mariées dans la série. Wonder qui ?

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous