Oui, des comics sans DC et Marvel, c’est possible

Ces dernières années, le cinéma nous a fait dévorer du DC Comics, mais surtout (beaucoup) de Marvel. Même situation du côté du 9e art, avec les multiples remises à zéro des univers de nos mastodontes du comic book. A croire qu’ils sont seuls sur le marché...

Avec leur politique de rachat de titre à succès à la Disney (on te voit Shazam !), il est difficile de voir aujourd’hui le monde de la bulle sans les collants que porte le Big Two. Et pourtant, il est tout à fait possible de dévorer des comics de qualité sans pour autant faire appel à la Ligue des Justiciers ou autres Avengers.

The Spirit

Le premier super-héros de cette liste, et il ne met même pas de collants. On ne peut pas parler de l’histoire de ces sauveurs de l’humanité sans évoquer The Spirit. Justicier masqué, il est aujourd’hui sous l’étendard de DC. Mais nous étions forcés de le mettre ici, puisqu’il a débuté sa carrière dans les pages du dimanche d’un journal américain. Une belle success-story pour une histoire mélangeant polar, romance, horreur et comédie.

Le comic a eu droit à son adaptation sur grand écran, mais qui est loin d’avoir reçu les fleurs attendues. Une série avait aussi vu le jour à la fin des années 80, mais n’a pas été du goût de l’auteur. C’est avec Batman que la carrière de cet ancien policier a été relancée avec une série de 32 numéros qui mérite le détour.

Witchblade

Le surnaturel est une montagne russe dans les comics. Son meilleur ambassadeur est sans aucun doute Hellblazer, et qui est accessoirement la série la plus sombre de DC. Dans la veine du fantastique, l’éditeur Top Cow publie les aventures d’une enquêtrice du monde surnaturel, armée d’un mystérieux artefact appelé Witchblade. Plus que pour sa qualité graphique, ce titre est surtout reconnu pour les nombreux crossovers avec d’autres univers des plus improbables. Tomb Raider, Aliens vs. Predator, Elektra, Wolverine… Un beau casting en perspective.

Artifacts

Top Cow ne s’est pas arrêté à Witchblade, mais a publié d’autres comics, dont The Darkness. Et bien que le premier soit plus populaire que les autres, l’éditeur n’a pas voulu mettre le reste de son catalogue au point mort. Né alors Artifacts, un énorme crossover entre tous les univers de Top Cow, mettant en scène les artefacts surnaturels de chaque monde, dont la Witchblade du coup. Censé s’arrêter après 13 numéros, le comic a fini par continuer pour être une mise en avant des personnages de cet univers n’ayant pas leur propre série. Pas forcément besoin de lire l’intégralité des comics originaux pour suivre cette histoire. Il aurait pu être un stand alone qu’il aurait été tout aussi compréhensible.

Fables

Batman avait essayé de nous vendre des antagonistes tirés de l’univers d’Alice au Pays des Merveilles. Et on a très vite fait de les oublier. Aspect conte de fées ou manque de charisme, qui sait où ça a raté. En tout cas, c’est sur les histoires de notre enfance que Fables est construit. Cette série de comics répond à sa manière à la question « Et si les créateurs des contes de fées existaient vraiment et vivaient à New York ? ». Il ne s’agit pas non plus d’une version papier d’Once Upon a Time. Et si nos histoires du soir nous faisaient rêver, c’est tout le contraire qui se passe ici. Mature à souhait, Fables est aussi intéressant que sa narration est excellente.

East of West

Les réalités alternatives, c’est le gagne-pain de nombreuses mini-séries de comic book. Publiée par Image Comics, cette œuvre nous plonge dans un monde post-apocalyptique où la Guerre de Sécession s’est achevée brusquement, avec une Constitution signée entre les Sept Nations d’Amérique (alternative on a dit). Et la meilleure partie de l’histoire, c’est qu’elle met en scène les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse qui viennent deux cents ans plus tard pour semer la terreur. C’est une histoire de vengeance qui prend son temps pour se mettre en place, et beaucoup plus profonde qu’on ne l’imagine. East of West se déroule dans un univers de western auquel s’ajoute de la science-fiction et du mysticisme.

Haunt

Image Comics encore une fois. Et non, ce n’est pas un plagiat de Venom, malgré ce que son apparence peut faire penser. Haunt, c’est l’histoire de deux frères, un agent secret et un prêtre catholique. Quand le premier se fait assassiner, il revient hanter le deuxième. Le duo découvre alors qu’ils peuvent fusionner pour devenir cette entité éponyme de cette série de comics. Ensemble, ils vont à la recherche du meurtrier de l’agent, et le prêtre se voit malgré lui embarqué dans un monde de tuerie et de trahison. Un polar sombre avec une bonne dose de surnaturel pour l’un des meilleurs anti-héros du genre, dans lequel on explore une difficile relation fraternelle forcée à la coopération.

Hellboy

Édité tout d’abord par Image Comics puis Dark Horse, Hellboy raconte l’histoire du héros éponyme, fils d’un démon et d’une humaine qui n’est pas Dante. Invoqué à la base pour être le bras armé de l’Allemagne nazie, il est finalement recueilli par l’armée américaine. En premier lieu spécialisé dans la lutte contre les menaces paranormales pour le compte des États-Unis, il finit par quitter son groupe pour aller à la recherche de ses origines. On y retrouve la narration classique du voyage du héros, qui pourrait même être un peu trop visible et à la limite du cliché. Sans doute un des plus populaires de cette liste, en particulier depuis la sortie de son film en 2009, et surtout le reboot attendu au cinéma pour janvier 2019.

Spawn

Héros ou vilain, la ligne est fine pour Spawn, dans la mesure où il doit constamment lutter contre les visions de cauchemars envoyées par l’enfer pour nourrir sa haine. C’est sous cette identité que se cache un soldat américain assassiné ayant conclu un pacte avec un maître des enfers pour revenir à la vie. Tortures et autres horreurs ont été son quotidien pendant cinq ans pour revenir sur terre avec une apparence infernale. A noter que notre soldat n’est pas le seul Spawn, et que plusieurs peuvent apparaître, puisqu’il s’agit d’une créature ancestrale. Le combat interne que se livre ce personnage est le principal moteur de ce comic, mais aussi son point le plus fort. Sans cesse à retenir ses émotions et restreindre sa nature humaine nourrie par la colère. Et devinez quoi ? Le comic book est édité par Image Comics. Série animée, cinéma, jeux vidéo, Spawn a eu droit à la totale. Et le nouveau film qui devrait sortir en 2019 est l’un des plus attendus de l’année.

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous