PUBG : des pros bannis pour cheat, une équipe française concernée

En déclarant la guerre aux cheaters, le battle royale se retrouve au cœur d’une affaire dont il se serait bien passé.

Coup dur pour la scène compétitive de PlayerUnknown's Battlegrounds. Plusieurs dizaines de milliers de comptes auraient été bannis du jeu pour utilisation de logiciels de triche, comme des aimbots (aide à la visée) ou des radars pour connaître la position des adversaires. La nouveauté, c’est que BattlEye, le système anti-triche de PUBG, semble maintenant capable de détecter le radar hacking.

Parmi les joueurs touchés, on trouverait plusieurs joueurs professionnels connus. Le danois Jonas "PlayerJones" Juul Bossen, ancien joueur des Copenhagen Flames a reconnu les faits dans un TwitLonger. Quant au belge Can "TEXQS" Ozdemir, il a été suspendu par les Pittsburgh Knights en attendant que l’enquête soit terminée.

Malheureusement, une équipe française a aussi été touchée de plein fouet par ce scandale. Un joueur de l’équipe SDF (Sans Domicile Fixe, anciennement Millenium) a accusé publiquement et preuves à l’appui plusieurs membres de son équipe d’avoir utilisé un radar pendant les qualifications pour la PUBG Europe League 2019. Cette annonce a évidemment beaucoup fait parler la communauté car deux joueurs de l’équipe (Sezk0 et Houlow) feraient bien partie des compte bannis.

Suite à ces révélations, l’équipe devrait disparaître, et la carrière des joueurs concernés est probablement terminée. Cette affaire est aussi une catastrophe pour PUBG, alors que le jeu a déjà du mal à développer sa scène esport malgré sa popularité. Le développeur n’a pas encore réagi à cette polémique.

A lire aussi

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous