Gotaga devient le streamer le plus populaire au monde devant Ninja

Un sondage de popularité organisé par ESPN sur Twitter a sacré Corentin « Gotaga » Houssein comme la personnalité la plus populaire de Twitch et du monde de l’esport. Et il s’est même payé le luxe d’éliminer la superstar américaine Ninja.
  • Pour la deuxième année consécutive, le site américain ESPN organisait il y a quelques jours le #Esports64, un concours de popularité sur Twitter entre 64 personnalités célèbres du monde de l’esport et du gaming. Les candidats se sont affrontés dans un arbre à élimination directe et devinez qui l’a emporté ? Eh oui, c’est The French Monster, notre Gotaga national parti à la conquête du monde.

    Pour en arriver là, il a éliminé un paquet de stars, soit successivement : Bjergsen (LoL), MkLeo (Smash), Sjokz (LoL), Ninja (Fortnite), Scump (CoD) et enfin Shroud (CS : GO) en finale. Gotaga succède à Ninja, vainqueur de la première édition l’an dernier, et devient le premier européen à remporter ce titre honorifique.

    Au-delà de l’évidente popularité de Gotaga, cette consécration montre surtout l’incroyable capacité de mobilisation des fans d’esport en France. Sur Twitter, les appels à voter en masse pour Gotaga se sont multipliés pendant toute la durée du concours. Le streamer français a notamment pu compter sur le soutien de Fianso et Squeezie.

    Et lors de la finale, près de 450 000 personnes ont voté, dont 54% pour le French Monster. C’est une performance d’autant plus incroyable que Gotaga affrontait Shroud, soit le deuxième streamer le plus suivi sur Twitch derrière Ninja. Il a d’ailleurs reconnu en live sur Twitch qu’il n’avait aucune chance de gagner contre Gotaga, car la communauté de ce dernier est « dingue » selon lui.

    Plus dingue encore : en quarts de finale, Gotaga a largement battu Ninja, le tenant du titre. Et comme il l’a admis sur Twitter : « tu ne peux pas battre Gotaga. » Si Ninja n’est pas mauvais joueur, il y a une raison : lui et Gotaga sont amis et ont même fait un stream commun il y a un peu plus d’un mois.

    A lire aussi