Selon une étude, les gamers consomment plus d'électricité que 10 réacteurs nucléaires par an

D’après une étude, jouer aux jeux vidéo est synonyme d’une très grosse consommation en énergie. Mais les chiffres varient beaucoup selon la plateforme utilisée.

Pas besoin de rouler en Hummer, de lâcher vos poubelles en pleine forêt ou de lancer votre propre usine à charbon si jamais vous cherchiez à tout prix à bousiller la planète : le simple fait de toucher une manette ou un clavier d’ordi peut déjà être un premier pas efficace. Selon une étude publiée par le Lawrence Berkeley National Laboratory, un laboratoire californien, la pratique du jeu vidéo – de par la lourde consommation électrique qu’elle provoque – revient en général à mettre une grosse droite à Mère Nature.

D’après les chercheurs, qui ont au total testé 26 machines et 37 jeux différents (comme Skyrim, Call of Duty : Black Ops et Fifa 17), l’empreinte carbone s'avère souvent bien plus lourde qu’un chauffe-eau, un sèche-linge, un congélateur et une flopée d’appareils électroménagers.

Les joueurs PC bien plus gourmands que ceux de la Switch

Mieux, le rapport compare les différentes consoles et systèmes de jeu – à l'exclusion tout de même des smartphones et des tablettes. Résultat, c’est sur PC que les gamers sont les plus gourmands en énergie : chaque année et à l’échelle mondiale, la pratique du jeu-vidéo sur ordinateur serait responsable de la consommation de 75 térawatt-heures.

L’équivalent, ni plus ni moins, de 10 réacteurs nucléaires, ou bien 25 centrales thermiques classiques. A l’opposé, la Nintendo Switch se révèle être la plateforme la moins énergivore.

Une très grosse consommation d’électricité pour les hardcore gamers

Autre observation intéressante : individuellement, les joueurs occasionnels consomment 5 kilowatt-heures par an. Soit beaucoup moins que les gamers quotidiens, où les chiffres peuvent grimper autour de 1000 kilowatt-heures.

Et si votre conscience politique vous rapproche de Noël Mamère, José Bové ou bien Jean-Vincent Placé (personne ne vous jugera), les chercheurs sortent enfin quelques pistes pour devenir un gamer un poil plus écolo-responsable. On peut d’abord éviter les technologies dont la consommation reste encore trop peu optimisée – comme la réalité virtuelle, l’armée de serveurs nécessaire au cloud gaming ou encore les écrans avec une définition XXL comme la 4K. Autre option : pousser les constructeurs, entre autres pour ce qui concerne les cartes et les processeurs graphiques, à travailler encore plus sur l’efficacité énergétique des machines.

  • Qui sommes-nous ?

    Pour en savoir plus sur GG
    Voir la page
  • Contact

    Envoyez-nous vos idées, vos projets, vos remarques et vos meilleurs moves. GG vous répondra ;)
    Contactez-nous